Nous sommes aujourd’hui le 19 Mars et, comme le savent nos très nombreux lecteurs finlandais, il est en ce jour célébré en Finlande la journée Minna Canth.

Née le 19 mars 1844 à Tampere, Minna Canth est une femme de lettre et une féministe qui fut l’une des premières à s’exprimer sur l’accès à l’éducation, l’émancipation et l’acquisition de droits sociaux pour les femmes, notamment celles issues de classes défavorisées.

D’origine modeste, Minna suit l’enseignement proposé aux jeunes filles de son âge et qui est, contrairement à l’enseignement pour jeunes garçons, plutôt orienté vers l’apprentissage de tâches manuelles. Alors qu’elle arrive en âge de se marier, elle préfère s’opposer à la volonté de ses parents et conserver son indépendance. Elle rejoint l’Institut de Formation des Maîtres de Jyväskylä où pour la première fois en Finlande on offre la possibilité aux jeunes femmes d’étudier autre chose que le métier de Sage-femme.

Elle ne terminera pas ses études et épousera 2 ans plus tard Johan Ferdinand Canth avec qui elle aura 7 enfants. Elle oeuvrera dans le domaine caritatif et écrira sous un pseudonyme pour différents journaux en prenant position sur la condition sociale des femmes de son époque. Elle publiera en 1878 son premier livre, « Novelleja ja kertomuksia », et ne cessera plus d’alimenter le monde de la littérature à partir de ce moment alors même que son mari décède un an plus tard.

On peut illustrer son combat en citant « Sylvi », récit d’une femme ne pouvant divorcer de son mari pour s’unir à l’homme qu’elle aime.
« Työmiehen vaimo », l’histoire d’une femme dont le mari alcoolique contrôle les finances.
« Anna Liisa », l’histoire d’une adolescente qui vit un déni de grossesse en dehors du mariage et qui est contrainte à tuer son propre enfant.

En complément à cette lutte pour les droits des femmes, elle s’exprimera également sur les conditions de vie du prolétariat, l’état déplorable des prisons et asiles d’aliénés ou encore l’hypocrisie de l’Eglise.

Le 12 Mai 1897, elle s’éteint d’une crise cardiaque à l’âge de 53 ans.

sources:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Minna_Canth
https://finland.fi/fr/culture/la-premiere-feministe-finlandaise-pourquoi-les-ecrits-de-minna-canth-ont-tant-dimportance/

En parlant de féminisme et d’accès à l’éducation pour les femmes, la personnalité qui arrive maintenant n’est pas mal dans son genre non plus ! Son oeuvre ? Avoir rendu l’apprentissage de la pole dance (et pas que !) non seulement encore plus accessibles à Bruxelles mais surtout fun ! Trois longues années qu’elle est maintenant à la barre (huhuhu) de la Brussels Art & Pole, chignon fièrement dressé, regard brillant, poils des aisselles au vent et résidus de paillettes collés aux paupières. Celle qui met la barre toujours plus haut (hohoho) pour vous proposer toujours plus de profs bienveillantes, toujours plus de disciplines musclées et affriolantes, toujours plus de shows engagés, toujours plus d’évènements solidaires, toujours plus d’occasion de libérer votre créativité, votre sensualité, votre lâcher prise, votre crinière, votre passion et votre Amour. Sans aucune expérience préalable de création et gestion d’entreprise, elle a ramé contre vents et marées, d’abord seule puis bien entourée de ses fidèles co-équipiers hors-pairs, pour que ce rafiot que nous appelons « Maison » vogue vaillamment sur les flots ! Alors ce n’est pas un petit virus de quelques microns qui va l’arrêter !

Notre Capitaine, celle qu’on l’appelle « Maman Poule » car chaque élève qui a foulé le quick-step de cette salle, ne serait-ce que le temps d’un workshop, est à ses yeux comme un petit poussin à couver.  Vous la connaissez. On ne vous la présente plus. Angèle !

Challenge !

#BAPNoHandChallenge #Day6

Aujourd’hui, le Lotus ! Niveau : Inter 1.

Le secret ? Alors que les os du dos de ton pied sont en train de se faire broyer contre la barre, tu te répètes tel un mantra « Non, ça ne fait pas mal« .

L’Union des Artistes est la plus ancienne association culturelle dans le domaine du spectacle en Belgique. Elle fut fondée en 1927, par Lucien Van Obbergh à la demande de l’Union des Artistes de Paris dans le but de défendre les intérêts professionnels de nombreux artistes français et belges dont l’activité s’étendait largement dans les deux pays voisins.

L’Union est constituée d’artistes du spectacle : les comédiens et les artistes interprètes mais aussi des techniciens, des scénographes, des photographes de plateau, des maquilleurs, des metteurs-en scène, des professionnels des arts du cirque et de la rue, des chorégraphes, des compositeurs, des musiciens, des artistes du théâtre pour l’enfance et la jeunesse, des chanteurs lyriques, des auteurs, etc.  Bref, l’ensemble de ces activités artistiques ou techniques artistiques communément regroupées sous l’appellation : intermittents du spectacle.

Aujourd’hui, notre objet social, nos statuts ainsi que notre activité réelle répondent à nos missions premières de philanthropie et de solidarité tout en visant également la défense morale des professions de nos membres (chap. II, art. 3, alinéa 2 de nos statuts).

 

Si vous êtes artistes, n’hésitez pas à compléter leur formulaire afin de limiter autant que possibles les conséquences financières du confinement actuellement en cours

https://uniondesartistes.be/document/formulaire-covid-19-artistes-interpretes-personnes-physiques/

Les meeeerveilleuses contributions des participant.e.s du #bxlartpolechallenge  !

Voilà c’est tout pour aujourd’hui ! On vous dit à demain pour de nouvelles aventures et on vous fait un tout gros bisou sur la… Truffe?